Figueiró dos Vinhos

 

Mémoires de la Municipalité de Figueiró dos Vinhos
Cliquer pour grandir l'images

En 1204, D. Pedro Afonso, enfant légitime de D. Afonso Henriques (1er Roi de Portugal), a donné le premier foral à Figueiró dos Vinhos, ceci à été successivement rénové, premièrement par D. Sancho I, après par D. Afonso II et plus tard par D. Manuel, en 1514.

Au cœur du village, l’Église Paroissiale, classée comme Monument Nationale. Dans cet espace, avec une profonde atmosphère religieuse, on peut trouver des œuvres avec de la grande valeur artistique, par exemple l’image de S. João Baptista (saint patron de la municipalité) et la tombe de Ruy Mendes Vasques et sa femme D.ª Violante de Sousa. À l’autel, le beau retable représentant le Baptisme de Jésus-Christ, peint par José Malhoa nous enchante profondément.

Au Centre Historique du village, on trouve des autres valeurs patrimoniales, ils sont dignes d’exemple la Chapelle de S. Sebastião, Cruz de Ferro (Croix de Fer), Fonte das Freiras (Fontaine) et Torre da Cadeia (Tour), celle-ci a été chargée de construire en 1506 par les bons hommes de la municipalité en face de les prétentions seigneuriales dans ce qui concernait l’exercice de la justice, en existant encore aujourd’hui une plaque d’allusion à cette action.

Convento do Carmo (Couvent), du XVIIe siècle, a été lié à l’Ordre des Carmélites Déchaussés. Classé comme du patrimoine d’intérêt public, on détache les azulejos Joaninos de la Chapelle de Francisca Evangelha. Son école d’Arts a eu grand importance à l’époque.

Casulo de Mestre Malhoa a été édifié au final du XIXe siècle selon le projet de l’Architect Ernest Reynaud. Dans cette maison le Peintre a fait quelques de ses plus importantes œuvres et, à l’extérieur, on peut admirer des azulejos de Rafael Bordalo Pinheiro.

Ruínas das Antigas Ferrarias de Foz de Alge (Ruines de les Anciennes Fabriques de Fer) sont situées à l’embouchure de cette ligne d’eau et elles sont visibles seulement au temps le plus sec. Le document le plus ancien qu’on connait de cette fabrique, c’est de 1655 par le Comte de Cantanhede. À l’époque l’administrateur était Francisco Dufour et ici ils étaient fabriqués des balles, bombes et pièces d’artillerie. Elle a été en marche jusqu’à 1759, quand son activité a été suspendue par le Ministre de D. José I, Sebastião de Carvalho e Melo, Marquês de Pombal. Plus tard, au début du XIXe siècle, avec la grande impulsion de l’exploitation du fer, les travails de cette fabrique ont été ouverts de nouveau en 1802, sous l’administration de José Bonifácio de Andrade e Silva, en dédicant à des autres produits, pièces au fer pur et manufacturé. Aujourd’hui on peut seulement admirer ses ruines, prés de l’embouchure de la Rivière de Alge.